Bienvenue sur le site didierlecointredominiquedrouet

actualité

Une génération papier
Jean Aubert, Jean-Paul Jungmann, Francis Martinuzzi, Antoine Stinco et Georges Wursteisen

Croquis et carnets d'architectes des années 60 aux années 2000

19 Octobre 2017

La génération papier désigne les étudiants architectes des années 50 à 70, pas encore touchés par l’écran et le numérique et pour qui le dessin manuel fut et reste le principal moyen d’expression. Une génération papier à la fois par la nécessité d’apprendre à dessiner, puis de dessiner en amont du projet, lors de la conception architectonique et aussi de communiquer ses idées à travers la publication sur papier.
Le croquis pour noter, comprendre, le carnet d’étude ou de voyage, les mots des lectures, la main qui dessine pour se rappeler, des papiers de mémoire : c’est une façon de s’approprier le monde, de le dessiner au lieu de le photographier, un outil d’enregistrement, une technique pour gagner du temps. Ces bouts de manuscrits se révéleront précieux pour constituer ensuite une pensée architectonique cohérente.
Puis les esquisses du début d’un projet, ce moment créatif d’un brouillon pour transmettre un concept à autrui et à des collaborateurs, un des fondamentaux de l’architecte, même pour la génération écran d’aujourd’hui. Mais ce fut encore plus essentiel pour les générations d’avant.
Et enfin la volonté d’écrire et de donner à voir et à lire, de se publier, l’auto publication toujours sur papier et non sur internet car le papier sera plus durable que la publication numérique, le plus souvent perdue pour non renouvellement de logiciels ou de supports et non paiement des sites choisis. Le cloud est très dangereux pour les archives.
La génération papier illustrée dans la présente exposition par 5 architectes-dessinateurs :
Jean Aubert, Jean-Paul Jungmann, Francis Martinuzzi, Antoine Stinco et Georges Wursteisen.

Jean-Paul Jungmann
septembre 2017

On ne présente plus Jean Aubert, Jean Paul Jungmann et Antoine Stinco co-créateurs du collectif A. J. S. Aérolande ou ils explorèrent ensemble la possibilité d’utiliser les matériaux de synthèse dans l’architecture et le design et membres du groupe Utopie fondé dans le sillage du philosophe marxiste Henri Lefebvre et dans la mouvance de mai 1968.

Jean Paul Jungmann a invité à se joindre à eux Francis Martinuzzi qui raconte ainsi leur rencontre :
“J'ai croisé la route de Jean-Paul Jungmann à l'école d'architecture de la rue Bonaparte. Nous partageons le même plaisir du dessin. Plus tard, il m'a invité à en publier quelques-uns dans l'Ivre de pierre 2 (1978) et dans la collection "savoir-faire de l'architecture", Images en architecture et Ombres et lumières (1996). J'ai également participé au concours et à l'exposition qu'il a organisé pour le centenaire de la Révolution sur le thème : Inventer 89.
Désireux d'explorer le thème du "carnet de croquis", il m'a récemment sollicité. L'idée est de les exposer à la librairie-galerie Lecointre-Drouet en les associant aux aquarelles et peintures dont ils ont été la genèse. En ressortant ces multiples fragments de temps et d'espaces, cela a provoqué chez moi un inattendu voyage intérieur.”
Il à également invité son condisciple à l’école d’architecture de Strasbourg, Georges Wursteisen :
“ J’ai fait connaissance de Jean Paul Jungmann et Jean Aubert en 1954- 55, lors de mon année de préparation au concours d’admission à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts , Section Architecture, dans les combles du prestigieux Palais du Rhin de Strasbourg. Ils avaient déjà réussi le concours d’entrée et je me suis rapidement rendu compte de leur passion du dessin et de leur talent. Moi-même, à l’époque j’avais déjà manifesté mon goût du dessin notamment pour les bandes dessinées américaines, que comme jean Paul j’avais découvert au centre culturel USIS de Strasbourg. J’avais déjà publié quelques dessins humoristiques dans la Cigogne, hebdomadaire local et j’étais très lié avec Tomi Ungerer étudiant aux Arts Deco de Strasbourg avant son départ à New York.  Mais c’est  avec Jean Paul et Jean que j’ai fait mes premiers croquis d’architecture et de paysages et avec Jean Paul, il m’est arrivé à plusieurs reprise de nous retrouver sur le même motif dans les vieux quartiers de Strasbourg.
A partir de1963 Je me suis installé à Perpignan au début comme collaborateur  de Georges Candilis pour l’Aménagement du Littoral Languedoc Roussillon , puis à mon compte d’architecte libéral. A chacun de mes passages à Paris pour quelques jours, je ne manquais jamais d’aller faire un tour dans les locaux d’Aerolande  où j’étais toujours bien accueilli et j’ai suivi de près l’ études  des  structures gonflables, puis les parutions d’Utopie et celles de l’Ivre de Pierres. Ces dernières années nos relations se sont espacées mais les obsèques de notre cher Aubert nous ont de nouveau sensiblement rapprochés.”

L’exposition rassemble une centaines de carnets d’études et de voyages, mais aussi des carnets et des croquis qui laissent une grande part à la fantaisie, la créativité ou la réflexion.

L’ensemble de ces documents a été réuni par Jean Paul Jungmann. Il a également réalisé un catalogue illustré pour chaque exposant.

Télécharger le catalogue Jean Aubert
Télécharger le catalogue Jean-Paul Jungmann
Télécharger le catalogue Francis Martinuzzi
Télécharger le catalogue Antoine Stinco
Télécharger le catalogue Georges Wursteisen
Le vernissage

DIY / ZINES
Février 2015

Lettrisme
Février 2014

GIANNI BERTINI
Décembre 2013